Syndrome de compression du nerf cubital au coude

Syndrome de compression du nerf cubital au coude à Avignon près de Arles et Valence

Le syndrome de compression du nerf cubital au coude est secondaire à une compression d'un nerf (le nerf cubital) dans un tunnel inextensible dont le plancher est constitué par la gouttière épitrochléo-olécranienne et dont le toit est formé par les expansions du fléchisseur ulnaire du carpe.

Il se manifeste par des engourdissements deux derniers doigts, majorés lors de la flexion du coude et réveillés par la percussion de la face interne du coude. En l'absence de traitement, le nerf va progressivement perdre sa fonction et apparaîtra une perte de la sensibilité des deux derniers doigts, une perte de force de serrage, une fonte musculaire et une griffe des doigts cubitaux.

Un électromyogramme, réalisé par un neurologue ou un rhumatologue, confirme le diagnostic et permet d'évaluer le niveau et l'importance de la compression nerveuse.

Dans les formes récentes, une immobilisation du coude par une attelle nocturne peut être proposée. Dans les formes déficitaires, le traitement chirurgical repose sur une ouverture de l'arcade fibreuse sous laquelle le nerf s'engage, sous anesthésie locorégionale, en ambulatoire.

L'évolution est souvent marquée par la disparition rapide des douleurs et des troubles sensitifs dans les formes débutantes.

Dans les formes plus anciennes ou sévères, les troubles peuvent persister encore quelques semaines, en particulier pour la sensibilité et la force musculaire.

Cette intervention présente des risques :

  • Infection postopératoire
  • Hématome.
  • Réaction inflammatoire avec gonflement, sudation, raideur articulaire pouvant parfois évoluer en algodystrophie.
  • L'amélioration incomplète survient dans les formes évoluées ou sévères.

    Les lésions nerveuses d'origine chirurgicale sont exceptionnelles. Elle est discutée en cas de fourmillements importants persistants et impose une confirmation électromyographique. L'intervention peut être rediscutée.
    Les douleurs au niveau de la cicatrice sont très rares, et disparaissent le plus souvent à l'aide de massages et de physiothérapie.
    La persistance d'une tendinite au coude représente la complication la plus fréquente.

Pour plus de renseignements:

Dernière modification le 25/10/2012